Lien vers le site
Lien vers le site

Les tableaux de maladies professionnelles sont le résultat d'une négociation sociale sur la base de rapports scientifiques. Depuis la loi du 25 octobre 1919, ils sont créés et régulièrement mis à jour en fonction des connaissances médicales et techniques. Ils sont tous structurés de la même façon :

  • un titre énonçant la nuisance pris en compte. Il peut s'agir d'une substance chimique (par exemple "Affections professionnelles consécutives à l'inhalation de poussières d'amiante" RG 30 ou RA 47), d'un agent biologique (par exemple "Maladies dues aux bacilles tuberculeux et à certaines mycobactéries atypiques" RG 40, RA 16), d'un agent physique (par exemple "Affections provoquées par les rayonnements ionisants" RG 6, RA 20) ou d'une "ambiance de travail" (par exemple "Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail" RG 57, RA 39) ;
  • une colonne de gauche dans laquelle sont énumérés les maladies ou symptômes reconnus comme pouvant être liés à la nuisance mentionnée dans le titre (par exemple pour le tableau RG 30 : asbestose, lésions pleurales bénignes, mésothéliome). Dans certains tableaux, les conditions du diagnostic sont également mentionnées comme par exemple dans le tableau RG 42 "Affection auditive provoquée par les bruits lésionnels" ;
  • une colonne de droite où figure une liste limitative ou indicative des travaux exposant à la nuisance et susceptibles de provoquer les maladies énoncées dans la colonne de gauche ;
  • enfin une colonne centrale dans laquelle figure le délai de prise en charge, c'est-à-dire la durée maximale entre la première constatation médicale et le retrait de l'exposition à la nuisance (quelque soit le motif de ce retrait). Figure aussi parfois une durée minimale d'exposition à la nuisance.